• Remplissez le formulaire et nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Suivez-nous sur les médias sociaux
Découvrez le Bluenose II
  • Restez au courant des activités de Bluenose 100.

    Abonnez-vous à la liste de rappel pour ne pas rater les célébrations!
    Dates importantes
    Lancement des célébrations du 100e anniversaire Port de Lunenburg 26 mars 2021
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Suivez-nous sur les médias sociaux
Découvrez le Bluenose II
 
Suivez le défilé naval du Bluenose II, cet été, grâce au registre de voyage tenu par le capitaine Watson
Map
Bluenose II Journal du capitaine

Goélette Bluenose II – Lunenburg (Nouvelle-Écosse)

Briefing the crew before moving to the summer berth.

 

« Tenez les amarres de pointe », ordonnai-je au compagnon, en me demandant si mon enthousiasme paraissait dans ma voix. Les moteurs tournaient lentement en marche arrière, et je regardais la proue s’éloigner du quai alors que nous basculions sur la dernière ligne d’amarrage. Dès que la voie a été dégagée autour du navire du musée, le Cape Sable, Ryan et Noah, des membres du musée, ont largué les amarres. Nous étions libres. Après un long hiver de solitude, nous étions enfin libres! Malheureusement, notre destination n’était qu’à environ 200 m plus loin sur le front de mer, à notre poste d’amarrage d’été, et nous avions beaucoup de travail à faire pendant le trajet de 10 minutes. Nous avons hissé par-dessus bord les pneus, les défenses d’embarcation et les planches d’amortissement de 6×6, et avons constaté l’usure causée par l’hiver. Le pauvre navire ressemblait un peu à la version 1942 du Bluenose, alors qu’il avait été préparé pour le commerce dans les Caraïbes. Je me demande si l’équipage de 1921 était aussi enthousiaste que notre équipage de 2021 à l’idée de quitter le quai.

 

Mais, ce moment remonte à une semaine et, dans le contexte d’un carénage de printemps, à une éternité. Depuis, le côté bâbord de la coque a été récuré et sablé, apprêté et on y a appliqué une couche de peinture noire brillante. Le navire paraît beaucoup mieux maintenant. Ce matin, le premier lieutenant, Jay, supervise les retouches de la ligne de flottaison, de la ligne d’anse et de la marque Plimsoll. Pendant que la capitaine en second, Erin, se prépare à envoyer les drisses de foc et les poulies dans la mâture. Nous avons déjà gréé le tangon et la corne avant, ainsi que la drisse de la grand-voile. J’espère que nous terminerons bientôt la partie peinture du carénage, et je pense que l’équipage qui achève la peinture sur le radeau l’espère encore plus que moi.

 

Les lettres « ABS » sont récemment apparues dans notre calendrier. L’American Bureau of Shipping (ABS) est l’organisme de réglementation qui inspecte le navire et veille à ce que nous respections non seulement les règlements de l’État du pavillon (canadien), mais aussi les règlements internationaux. Transports Canada ne s’occupe plus de l’inspection annuelle des navires. Cette tâche a été confiée à des sociétés de classification, notamment l’ABS, le Lloyd’s Register ou le Bureau Veritas. Nous sommes impatients de recevoir l’ABS à bord et de bénéficier d’un regard extérieur qui nous assurera doublement que nous pouvons naviguer en toute sécurité. Transports Canada et les sociétés de classification occupent une fonction importante en ce qui concerne la sécurité maritime et contribuent à l’effort collectif pour assurer le bon déroulement des voyages.

 

Tout commence à se mettre en place, avec peut-être un peu de retard sur le programme, mais nous trouvons toujours le moyen de finir à temps. Les mâts supérieurs attendent patiemment sur le quai, tout comme la corne principale. Nous lèverons bientôt ces grosses poutres de 15 mètres pour les placer sur le navire, au fur et à mesure que notre travail avance. L’équipage commence à comprendre l’importance d’être prudent en ce qui concerne les objets lourds que nous manipulons au quotidien. Comme on entend dans les fameuses publicités hivernales sur les chasse-neige du ministère des Transports et de l’Infrastructure : « Je ne suis pas aux commandes d’un plumeau. »

 

Portez-vous bien,

 

Phil Watson

Merci à tous nos commanditaires
Sound Venture
Canadian Geographic
Funded by the Government of Canada
Bluenose II Company StoreCanadian Geographic EducationBluenose II
Facebook   Twitter   Instagram